La licorne

Chacune de nos flûtes reçoit comme preuve et signe distinct de sa qualité la licorne estampillée et devient ainsi une «Flûte Licorne». Ce symbole doit vous rappeler chaque jour le plus grand soin et l’attachement avec lesquels l’instrument a été fabriqué de nos mains.


Le tampon est pressé

La licorne était considérée depuis l’Antiquité comme un symbole de pureté et de vierge Marie. Elle a inspiré de nombreux artistes dans leurs œuvres au Moyen-Âge et à l’époque baroque.


Tapisserie au musée de Cluny (Paris), 15ème siècle

Les premières représentations d’une créature unicorne remonte à l’époque préchrétienne et apparait non seulement dans les cultures européennes mais aussi dans les régions asiatiques
En l’occurrence il s’agissait de caprins et bovins à qui l’on avait attaché les cornes ou qui, comme à l’époque romaine, représentaient des descriptions exotiques de rhinocéros d’Afrique.
La licorne telle que nous la connaissons comme un cheval blanc avec une corne torsadée provient du Moyen-Âge et était l’animal mystique le plus représenté à côté du dragon.
Les cornes de la licorne, comme on peut les admirer dans les musées du Hofburg viennois et à la Basilique de Saint-Marc à Venise, montrent la dent du narval qui ne vit que dans les eaux de l’Arctique. Ce dernier possède des dents allant jusqu’à trois mètres de long. De telles dents en forme de licorne étaient décrites comme des “unicornis” au Moyen-Âge et sont à considérer comme la corne de la licorne.


La Licorne captive, tapisserie de la série de La Chasse à la licorne, Ateliers de Bruxelles1 ou de Liège2, vers 1500, le musée Cloisters, Metropolitan Museum of Art, New York.